Méditation : l’art de laisser passer les nuages

Posté par le 10/26/2016 | Pas de commentaires
Méditation : l’art de laisser passer les nuages
Partagez ce billet :

Je termine souvent mes cours et stages de Qi Gong par un moment de méditation, et vous êtes nombreux à me poser des questions sur le sujet :

  • A quoi cela sert ?
  • Comment faire pour méditer ?
  • Est-ce bénéfique pour moi ?

Méditer ?

C’est  si simple en apparence…

Cette pratique s’appelle 靜坐 Jìngzuò dans le taoïsme, et signifie « s’asseoir dans le calme ». Cette pratique est une pratique spirituelle  qui a pour objectif la clarification de la conscience, et la connexion de celle-ci avec le Dao. On retrouve des pratiques méditatives  dans tous les grands courants spirituels, d’orient comme d’occident.

Il s’agit donc « juste » de s’asseoir et de se calmer ?

  • Essayez donc quelques minutes :
    Choisissez une posture confortable, assis sur le sol, jambes croisées ou en demi lotus, ou sur une chaise si cela est plus confortable pour vous.
  • Redressez votre dos, allongez le cou, fermez les yeux,
  • Rentrez dans le calme et la quiétude….et observez justes vos réactions, sensations, pensées.

Alors ? est-ce-si simple ?

Vous aurez sans doute expérimenté que dès que nous mettons le corps dans l’immobilité, et que nous observons l’intérieur de nous-même, nous nous rendons vite compte à quel point l’agitation, la confusion, les pensées parasites, les émotions nous habitent en permanence. Le mode « chaos » apparaît tout d’abord !

Sommes-nous alors ce chaos, cette agitation constante de nos pensées ?

Non, nous sommes celui qui observe le chaos et qui en est conscient ! Celui qui est au-delà du chaos. Plus nous méditons, plus cet être conscient va se développer, celui que nous sommes réellement, en dessous de la confusion et de l’agitation.

L’objectif de la méditation est bien là : nous permettre de rencontrer le méditant, notre conscience pure, telle un diamant au plus profond de nous. Mais à l’image du diamant qui a besoin d’être extrait de sa gangue pour pouvoir briller, il va nous falloir un long chemin pour nous défaire de ce qui nous restreint, nous agite ou nous encombre.

Méditer est donc comme un voyage au long cours à la rencontre de nous-même. Vous devenez témoin du film qui se joue à l’intérieur de vous, l’important n’étant pas le film, mais ce que vous en faite, comment vous réagissez.

Tout ceci vous en dit long sur vous-même !

Par la prise de conscience de nos réactions, de nos émotions, de nos pensées, nous défaisons petit à petit nos « pelures d’oignons » comme je les appelle souvent : ce qui nous attache et nous enferme, issu de nos conditionnements, habitudes, éducation, peurs…et nous donnons ainsi plus d’espace à notre être profond, pur et lumineux comme un diamant.

Comment pratiquer ?

  • Choisissez un moment de la journée où vous ne serez pas dérangé. Ce moment précieux deviendra alors un rendez-vous quotidien avec vous-même.
  • Puis asseyez-vous sur le sol ou sur une chaise. Le plus important étant de vous installer dans la verticalité, pour pouvoir respirer facilement et vous détendre.
  • Commencez par chercher à stabiliser le corps et à le détendre, développez vos racines et votre ancrage, en vous enfonçant progressivement dans vos points d’appui.
  • Puis utilisez un point d’attention pour ancrer votre esprit. Focalisez-vous sur une sensation, ou sur votre respiration.
    Puis rester dans cette présence, et observez-vous. Comme un chat qui guette une souris, parfaitement détendu, mais toujours prêt à bondir !

Le petit vélo dans la tête

Je suis toujours dans mes pensées, comment faire ?

Il ne s’agit pas de les repousser ou de les combattre, mais simplement d’en prendre conscience, les accepter telles qu’elles sont.
Imaginez que vous observez  les nuages dans le ciel :  soit vous y accrocher votre regard…et vous serez toujours sous la grisaille, ou bien vous les laissez passer et bientôt vous récolterez le ciel bleu ! C’est un peu la même chose avec cette agitation constante du mental. La tradition orientale le compare à un petit singe qui saute de branches en branches sans jamais s’arrêter. De même, nos pensées se génèrent et enchaînent notre esprit de l’une à l’autre.

Pour le stabiliser, trois outils sont utilisés traditionnellement :

  • La stabilisation du corps physique : une posture confortable, verticale, et en cherchant le relâchement et l’ancrage du poids du corps dans la terre.
  • La stabilisation du souffle : une respiration douce et régulière va permettre une stabilisation de la sphère émotionnelle.
  • Quand au « petit singe », on l’attache en se focalisant sur des sensations présentes dans le corps.

Mon ego et moi

Plus vous observez ce qui se passe, plus vous allez vous heurter à votre ego.

« L’ego est moins ce que je suis que ce que je crois être, moins le « je »que le « me » (par exemple quand on dit « je me connais », « je me sens triste »…) » André Comte-Sponville.

L’ego est le séparateur, celui qui vous coupe de votre diamant.  Il a un rôle protecteur puisqu’il sépare et donc vous protège, mais il sépare donc il vous coupe de votre conscience pure !

Dans la méditation, vous cherchez la réunion avec votre dimension spirituelle et la conscience universelle. Et constamment « on » vous met des bâtons dans les roues !

La petite voie intérieure qui vous juge, qui cherche à vous distraire de votre route pour garder le pouvoir.

Ce fin stratège va vous poser de nombreux pièges :

  • Les sensations physiques désagréables voire les douleurs et les émotions qui en découlent (« si je reste encore longtemps avec ces fourmis dans les jambes, je ne pourrai pas me relever… »)
  • Les jugements (« trop nul, je n’arriverai jamais à méditer » ou l’inverse « whaou, aujourd’hui j’ai senti mes chakras s’ouvrir…je suis trop fort ! »)
  • Les rappels des choses super importantes à faire (« et zut, je n’ai pas étendu la lessive »).

Mais comment  lutter contre lui me direz-vous ? 

À vrai dire, en ne luttant surtout pas !

Comme pour les pensées parasites, cherchez le détachement. À l’image d’une mouche  qui tourne et vous agace, plus vous la chassez à grands coups de bras, et plus elle s’agite. Alors que si vous n’y prêtez pas attention, elle va continuer son chemin plus loin.

L’autre clef est de cultiver l’humilité, d’accepter notre fragilité plutôt que de vouloir s’illusionner en pensant que le monde gravite autour de nous.

« Revenez à cet état de pur être où le « je suis » se trouve encore dans sa pureté,  avant qu’il n’ait été contaminé par le « je suis ceci » ou « je suis cela » . Shri Nisargadatta Mahara

Les effets énergétiques de la méditation

La posture verticale, le calme et la quiétude induits par la pratique ont des  effets très précis sur notre système énergétique. Ils permettent à l’énergie de se rassembler dans le canal central (Chong Mai, qui circule au centre de notre tronc, du périnée Hui Yin  jusqu’au vertex Bai Hui). Et la concentration de l’énergie dans ce vaisseau merveilleux produit des merveilles !

Un état de grande félicité et l’ouverture du Bai Hui, qui nous permet une connexion avec le spirituel (ce que représentent l’auréole des saints), jusqu’à ce que les traditions orientales nomment « éveil ».

Mais aussi un moyen de venir nourrir le cerveau et de régénérer tout le corps et notamment le sang.

Les effets bénéfiques de la méditation

Ces bénéfices collatéraux sur le corps et la santé, dus à la stimulation du Chong Mai, ne sont pas l’objectif premier des méditants traditionnels. Mais c’est aujourd’hui un sujet qui passionne les scientifiques !

Sujet d’actualité, de nombreuses études tendant à montrer les effets bénéfiques sur la santé : réduction du stress, protection du cerveau, effet sur le système nerveux, réduction des états dépressifs…

Ces effets ont conduit des médecins et chercheurs à développer une « méditation thérapeutique » que j’apparenterais plutôt à une relaxation profonde. En effet, l’objectif de la méditation traditionnelle est clairement de faire face à soi-même. Les « méditations
guidées » thérapeutiques sont plus passives, puisque quelqu’un vous guide. Mais elles permettent déjà  d’apprendre à rentrer dans le calme et la quiétude, porte d’entrée  vers Jing Zuo

Alors chaque jour, prenez 10 à 20 mn, en intimité avec vous-même. Et rappellez-vous qu’il Il n’y a pas de « bonne » ou « mauvaise » méditation !

Chaque jour est différent, chaque pratique vous rapproche de vous-même.
Laissez passez vos pensées, vos jugements, et autres petites voix perturbatrices…
Laissez simplement passer les nuages, qu’ils soient gris et tempêtueux, ou brume légère d’été.

Ainsi, jour après jour, cultivez la présence qui vous rapproche de votre diamant intérieur…

Pour approfondir votre pratique :

Méditation audio à télécharger.

Stage de méditation à venir

Stage méditation et respiration, dimanche 21 mai 2017.

 

Sur le même sujet :

Recevez ma newsletter gratuite

Toutes mes astuces pour mieux profiter de chaque instant. Pas de spams !

Laisser un message